This block type should be used in "unccd one column" section with "Full width" option enabled

Keyword

Filter by

Year

Appel mondial pour un avenir durable des terres

Dix “Héros des terres” (Land Heroes) ont été annoncés par la Convention lors de la célébration de la Journée mondiale. Ces jeunes acteurs du changement du monde entier s’efforcent de restaurer les terres, de renforcer la résilience face à la sécheresse, de développer des entreprises agricoles durables et d’exploiter la technologie et l’innovation pour relever les défis environnementaux mondiaux.

Appel mondial pour un avenir durable des terres
Brazil joins the International Drought Resilience Alliance

The country reinforces its commitment to combat desertification and drought in the face of climate change Bonn (Germany)/ Petrolina (Brazil), 10 June 2024—Brazil is the latest country to join the International Drought Resilience Alliance (IDRA), the global coalition mobilizing political, technical, and financial capital to prepare the world for harsher droughts. This addition brings the total membership of IDRA to 38 countries and 28 intergovernmental and research organizations, showing an increasing willingness to tackle one of the world’s most deadly and costly natural hazards. Launched at UN Climate Summit COP27 by the leaders of Spain and Senegal, IDRA drives action against droughts in the face of global warming, acknowledging that we are only as resilient to drought and climate change as our land is. The IDRA secretariat is hosted by the United Nations Convention to Combat Desertification (UNCCD). At a joint event with the UNCCD in Petrolina, in the northeastern state of Pernambuco, Minister of Environment and Climate Change of Brazil H.E. Marina Silva said: “Brazil's accession to the International Drought Resilience Alliance (IDRA) demonstrates the government's determination to combat drought and desertification, promote food and water security, and combat inequalities. Our objective is to promote sustainable development, while ensuring the protection of biodiversity and the communities of the semi-arid region. The cooperation with UNCCD reinforces Brazil's commitment to combating desertification and climate change.” The event, which launched a national campaign to combat desertification and drought, put an end to a visit to the semi-arid region of Caatinga, a unique ecoregion that covers around 70 percent of northeastern Brazil, and 11 percent of the total country area. Brazilian researchers recently identified the country’s first arid region and projected the expansion of semiarid lands across much of the territory. Nearly 38 million Brazilians from 1.561 municipalities are vulnerable to desertification and drought , as are 1,4 million square kilometers of land across 13 states, according to the Environment and Climate Change Ministry. In Caatinga, authorities are supporting community-led initiatives to restore watersheds, improve agricultural practices, and harvest water as a means of building their resilience to drought. Around the world, addressing challenges at the water-land-and-climate nexus is essential to protecting agricultural and energy production, and to maintaining vital ecosystem services like the provision of clean water and fertile soils for present and future generations. Speaking at the event in Petrolina, the UNCCD Executive Secretary, Ibrahim Thiaw, said: “I commend Brazil’s commitment to proactively investing in resilient lands and livelihoods. Science and experience show time and again that preparing societies and economies for droughts before they strike prevents human sufering and is much more cost-effective than emergency responses. Drought is a hazard, but in needn’t be a disaster.” A decisive year for land and drought UNCCD COP16 will be the largest-ever meeting of UNCCD’s 197 Parties, the first to be held in the Middle East region, and the largest multilateral conference ever hosted by Saudi Arabia. The Kingdom recently hosted the 2024 World Environment Day global celebrations with a focus on land restoration, desertification, and drought resilience. On 17 June, the 2024 Desertification and Drought Day will mark the 30th anniversary of the United Nations Convention to Combat Desertification (UNCCD), one of the three Rio Conventions alongside climate and biodiversity. The High-Level Meeting on National Drought Policy , co-organized by the UNCCD, (Geneva, 30 September-3 October) will bring together policy-makers and practitioners with a twin objective: taking stock of progress and lessons learned in the past decade and charting the way forward for the implementation of drought resilience actions. *** Notes to editors For interviews and enquires please contact: press@unccd.int  Social media X: @UNCCD / Instagram: @unccd  For information about IDRA visit: https://idralliance.global  About IDRA The International Drought Resilience Alliance (IDRA) is the first global coalition creating political momentum and mobilizing financial and technical resources for a drought-resilient future. As a growing platform of more than 30 countries and 20 institutions, IDRA draws on the collective strengths of its members to advance policies, actions, and capacity-building for drought preparedness, acknowledging we are only as resilient to drought and climate change as our land is. The work of IDRA is aligned with, and supportive of, the mandate of the United Nations Convention to Combat Desertification (UNCCD), which hosts the IDRA Secretariat. For more information: https://idralliance.global. About UNCCD The United Nations Convention to Combat Desertification (UNCCD) is the global vision and voice for land. We unite governments, scientists, policymakers, private sector and communities around a shared vision and global action to restore and manage the world’s land for the sustainability of humanity and the planet. Much more than an international treaty signed by 197 parties, UNCCD is a multilateral commitment to mitigating today’s impacts of land degradation and advancing tomorrow’s land stewardship in order to provide food, water, shelter and economic opportunity to all people in an equitable and inclusive manner.

Brazil joins the International Drought Resilience Alliance
Des leaders et des jeunes acteurs du changement célébreront les 30 ans de la Convention des Nations Unies sur les terres à Bonn

Avis aux médias – Journée mondiale de la lutte contre la désertification et de la sécheresse – 17 juin 2024 La célébration mondiale de la Journée de lutte contre la désertification et la sécheresse 2024, organisée par le, aura lieu le 17 juin 2024 à Bonn. Elle marquera également le 30e anniversaire de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD), l'une des trois conventions dites de Rio aux cotés du climat et de la biodiversité. Conformément au thème choisi cette année : « Unis pour les terres : Notre patrimoine. Notre avenir », cet événement se focalisera sur comment garantir des terres saines pour les générations futures, favorisant ainsi la prospérité et la stabilité mondiales. Rejoignez les leaders gouvernementaux, du monde universitaire et de la société civile en nous unissant pour la gestion durable des terres. Rencontrez des jeunes acteurs du changement du monde entier qui travaillent à restaurer les terres, à renforcer la résilience à la sécheresse, à développer des entreprises agricoles durables et à exploiter la technologie et l'innovation pour relever les défis environnementaux mondiaux. Détails de l’événement : 17 juin 2024, de 14h30 à 17h00 CEST, Salle d'exposition des arts de la République fédérale d'Allemagne (Bundeskunsthalle), Bonn, Allemagne Points forts du programme : Objectif jeunesse : Mettre en avant le rôle des jeunes leaders et innovateurs dans la transformation des pratiques de gestion des terres. Présentation des nouveaux Lands Heroes de la CNULCD (ci-joint). Présentation de la stratégie d'engagement des jeunes de la CNULCD et du programme des jeunes négociateurs fonciers. Objectif politique : Mettre en avant les étapes marquantes de l'histoire de la Convention et partager des idées sur les prochaines négociations de la COP16 de la CNULCD à Riyad, en Arabie saoudite, du 2 au 13 décembre 2024. Offrir un espace permettant aux représentants de la jeunesse de présenter leurs recommandations politiques en vue de la COP16. Des informations détaillées sur l’événement sont disponibles ici. Pour une participation en présentiel, veuillez-vous référer à ce lien et vous inscrire dans la catégorie « médias » avant le 10 juin. Pour la participation en ligne, la diffusion en direct sera disponible ici. Pourquoi cet événement est important : La dégradation des terres affecte jusqu'à 40 % de la superficie mondiale, entraînant la perte de 100 millions d'hectares de terres saines chaque année, soit une superficie équivalente à celle de l'Égypte. Les sécheresses ont augmenté de 29 % depuis 2000, non seulement en raison du changement climatique, mais aussi en raison de la manière dont nous gérons nos terres. La désertification, la dégradation des terres et la sécheresse menacent l'approvisionnement alimentaire mondial, augmentent le risque d'inondations et d'incendies de forêt, et sont des facteurs majeurs de conflit et de migration forcée. Un quart (187 millions) des jeunes ruraux du monde (778 millions) vivent dans des zones présentant le plus grand potentiel agricole et commercial. Il s’agit d’un domaine important pour un développement ciblé. L’investissement dans la restauration des terres peut générer des rendements économiques importants, jusqu’à 30 dollars de bénéfices pour chaque dollar investi. Engager les jeunes dans la transformation du système alimentaire et la restauration des terres peut contribuer à créer les 600 millions d’emplois nécessaires d’ici 2030. Pour plus d'informations sur la journée, veuillez cliquer ici. Pour accéder aux réseaux sociaux et à d’autres visuels, veuillez cliquer ici. Pour les demandes des médias et toute autre demande d’interview, veuillez contacter : press@unccd.int.  

Des leaders et des jeunes acteurs du changement célébreront les 30 ans de la Convention des Nations Unies sur les terres à Bonn
Saudi Arabia joins the International Drought Resilience Alliance

UNCCD COP16 host raises water resilience issues on the global agenda Bonn/Riyadh, 23 May 2024—The Kingdom of Saudi Arabia is the latest country to formally join the International Drought Resilience Alliance (IDRA), the global coalition mobilizing political, technical, and financial capital to prepare the world for harsher droughts. This addition brings the total membership of IDRA to 37 countries and 28 intergovernmental and research organizations, reflecting a growing commitment to address droughts in the face of climate change and unsustainable land management. Launched at UN Climate Summit COP27 by the leaders of Spain and Senegal, IDRA rallies world leaders against one of the world’s most deadly and costly natural disasters, acknowledging that we are only as resilient to drought and climate change as our land is. The IDRA secretariat is hosted by the United Nations Convention to Combat Desertification (UNCCD). Eng. Abdulrahman Abdulmohsen Al Fadley, Saudi Minister of Environment, Water and Agriculture, said: “We see IDRA as an opportunity to protect our societies and economies in the face of drought.  As hosts of the largest-ever UN conference on land and drought this December, one of our priorities is to further the countries commitment to a drought-resilient future.” His Excellency Minister Al Fadley emphasized that Saudi Arabia's hosting of COP 16 reflects the commitment of its leadership to environmental protection at the national, regional, and international levels, and adds to pioneering efforts  like the Saudi Green Initiative and the Middle East Green Initiative. Al Fadley also highlighted the urgent need to build drought resilience globally, while combating land degradation and desertification to counter their environmental, economic, and social impacts. He expressed hope that the Alliance would foster effective collective action and intensify global efforts to address these issues, ensuring the sustainable management of natural resources for future generations. One-quarter of the world’s population is already affected by drought, and three out of four people are projected to face water scarcity by 2050. In the Middle East and North Africa, 100 percent of the population will live with extremely high water stress by 2050. Third Vice-President of the Government of Spain, Minister for Ecological Transition and Demographic Challenge and IDRA Co-Chair Ms. Teresa Ribera encouraged more countries to follow in the steps of the Kingdom of Saudi Arabia, noting that drought resilience yields returns of up to ten times the initial investment: “The Alliance is as strong as the knowledge, experiences, and networks contributed by its members. I invite world leaders to join IDRA to transform the way humanity tackles drought, building our collective defenses before crises strike.” UNCCD Executive Secretary Mr. Ibrahim Thiaw concluded: “Droughts are a natural phenomenon, but we are turbo-charging them by degrading our lands and disrupting the climate. In the lead up the UNCCD COP16, I urge countries to raise their ambitions for healthy lands and drought-resilient societies and economies.” A watershed year for land and drought UNCCD COP16, taking place in Riyadh from 2-13 December, will be the largest-ever meeting of UNCCD’s 197 Parties, the first to be held in the Middle East region, and the largest multilateral conference ever hosted by Saudi Arabia. The Kingdom will also host the 2024 World Environment Day global celebrations with a focus on land restoration, desertification, and drought resilience. On 17 June 2024, Desertification and Drought Day will mark the 30th anniversary of the United Nations Convention to Combat Desertification (UNCCD), one of the three Rio Conventions alongside climate and biodiversity. *** Notes to editors For interviews and enquires please contact: press@unccd.int. X / Instagram: @unccd  About IDRA The International Drought Resilience Alliance (IDRA) is the first global coalition creating political momentum and mobilizing financial and technical resources for a drought-resilient future. As a growing platform of more than 30 countries and 20 institutions, IDRA draws on the collective strengths of its members to advance policies, actions, and capacity-building for drought preparedness, acknowledging we are only as resilient to drought and climate change as our land is. The work of IDRA is aligned with, and supportive of, the mandate of the United Nations Convention to Combat Desertification (UNCCD), which hosts the IDRA Secretariat. For more information: https://idralliance.global. About UNCCD The United Nations Convention to Combat Desertification (UNCCD) is the global vision and voice for land. We unite governments, scientists, policymakers, private sector and communities around a shared vision and global action to restore and manage the world’s land for the sustainability of humanity and the planet. Much more than an international treaty signed by 197 parties, UNCCD is a multilateral commitment to mitigating today’s impacts of land degradation and advancing tomorrow’s land stewardship in order to provide food, water, shelter and economic opportunity to all people in an equitable and inclusive manner. https://www.unccd.int

Saudi Arabia joins the International Drought Resilience Alliance
La « disparition en silence » de vastes pâturages menace le climat, l’alimentation et le bien-être (CNULD)

Les pâturages représentent 54 % de l’ensemble des terres de la planète; jusqu’à 50 % d’entre eux sont dégradés, mettant en péril 1/6 de l’approvisionnement alimentaire de l’humanité, 1/3 du réservoir de carbone de la Terre Le rapport de la CNULCD donne des pistes pour restaurer et améliorer la gestion des pâturages et exhorte à protéger le pastoralisme Bonn/Oulan-Bator – La dégradation de vastes et souvent immenses pâturages naturels de la planète, due à la surexploitation, à la mauvaise utilisation, aux changements climatiques et à la perte de biodiversité, constitue une grave menace pour l'approvisionnement alimentaire de l'humanité et le bien-être ou la survie de milliards de personnes, prévient l’ONU dans un rapport sévère rendu public aujourd'hui.  Les auteurs du rapport thématique intitulé « Regards et perspectives sur les terres du monde - Rapport thématique sur le pastoralisme et les pâturages », lancé à Oulan-Bator, en Mongolie par la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD), affirment que jusqu'à 50 % des pâturages sont dégradés.  Les conséquences de ce problème sont notamment une baisse de la fertilité et des nutriments du sol, l'érosion, la salinisation, l'alcalinisation et le compactage du sol qui entrave la croissance des plantes. Tout cela contribue à la sécheresse, aux fluctuations des précipitations et la perte de biodiversité, tant en surface qu’en profondeur.  Le problème est dû en grande partie à la conversion des pâturages en terres cultivées et à d'autres changement dans l'utilisation des terres résultant de la croissance démographique et de l'expansion urbaine, mais aussi l’augmentation rapide de la demande de denrées alimentaires, fibres et carburant, du pâturage excessif  et de politiques qui encouragent la surexploitation. Qu'est-ce que les pâturages ? Les pâturages représentent une catégorie de couverture terrestre qui se compose principalement des prairies naturelles utilisées par le bétail et les animaux sauvages pour paître et se nourrir.  Ils comprennent également les savanes, zones arbustives, zones humides, toundras et déserts.  Mises ensemble, ces terres représentent 54 % de la couverture terrestre totale, soit un sixième de la production alimentaire mondiale et près d’un tiers du réservoir de carbone de la planète. « Lorsque nous abattons une forêt, lorsque nous voyons tomber un arbre centenaire, cela entraine à juste titre une réaction émotionnelle chez nombre d’entre nous. La conversion d’anciens pâturages, en revanche, se fait en « silence » et ne génère que peu de réaction de la part du public », a déclaré le Secrétaire exécutif de la CNULCD, Ibrahim Thiaw. « Malheureusement, ces vastes paysages ainsi que les éleveurs pastoraux et éleveurs de bétail qui dépendent d’eux sont généralement sous-appréciés », a ajouté M. Thiaw. « Bien que l’on estime leur nombre à un demi-milliard d’individus dans le monde, les communautés pastorales sont souvent négligées, ne peuvent faire entendre leur voix dans la formulation des politiques qui affectent directement leurs moyens de subsistance, sont marginalisées et même souvent considérées comme des étrangers dans leur propre pays. »  Le ministre mongol de l'Environnement, son excellence Bat-Erdene Bat-Ulzii, a déclaré : « En tant que gardienne des plus grandes prairies d'Eurasie, la Mongolie a toujours été prudente dans la transformation des pâturages. Les traditions mongoles sont fondées sur l'appréciation des limites des ressources, qui définissent la mobilité comme une stratégie, établissent des responsabilités partagées sur les terres et fixent des limites à la consommation. Nous espérons que ce rapport aidera à attirer l'attention sur les pâturages et sur leurs nombreuses et immenses richesses - culturelles, environnementales et économiques, qui ne peuvent être surestimées. Si ces pâturages ne peuvent subvenir aux besoins d’un nombre considérable de personnes, vers quelles alternatives peuvent-elles se tourner ? ». La Mongolie accueillera la 17ème Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification en 2026, Année internationale du pastoralisme et des pâturages, déclarée par l'Assemblée générale de l'ONU à l'initiative de la Mongolie.  Deux milliards de petits éleveurs, éleveurs et agriculteurs, souvent pauvres et marginalisés, dépendent de pâturages sains dans le monde. En effet, dans de nombreux États d'Afrique de l'Ouest, l'élevage de bétail emploie 80 % de la population. En Asie centrale et en Mongolie, 60 % des terres sont utilisées comme pâturages, et l’élevage fait vivre près d’un tiers de la population de la région.  Paradoxalement, souligne le rapport, les efforts visant à accroître la sécurité alimentaire et la productivité en convertissant des pâturages en terres cultivables dans les régions majoritairement arides ont entraîné une dégradation des terres et une baisse des rendements agricoles.  Le rapport dénonce « une gouvernance faible et inefficace », « des politiques et réglementations mal appliquées », et « l’absence d’investissement dans les communautés des zones de pâturages et dans les modèles de production durables »qui fragilisent les zones de pâturages. Une approche innovante Les 60 experts de plus de 40 pays ayant contribué au nouveau rapport conviennent que les estimations antérieures de la dégradation des pâturages dans le monde, environ 25 %, « sous-estiment considérablement la perte réelle de la santé et de la productivité des pâturages » et pourraient atteindre 50 %. Les zones de pâturages sont souvent mal estimées et le manque de données fiables compromet la gestion durable de leur immense contribution en matière d'approvisionnement alimentaire et de régulation du climat, avertit le rapport. Le rapport détaille une approche conceptuelle novatrice qui permettrait aux décideurs politiques de stabiliser, de restaurer et de gérer les pâturages. La nouvelle approche s’appuie sur une expérience détaillée d’études de cas de presque toutes les régions du monde, tirant des enseignements importants des succès et des échecs dans la gestion des pâturages.  Une recommandation essentielle : il faut protéger le pastoralisme, un mode de vie en mouvement remontant à des millénaires, centré sur l’élevage d’ovins, caprins, bovins, chevaux, chameaux, yaks, lamas ou autres herbivores domestiques, ainsi que d’espèces semi-domestiquées telles que le bison et le renard.  C'est ce qu'affirme M. Thiaw : « Des tropiques à l'Arctique, le pastoralisme est une option souhaitable par défaut, et souvent la plus durable, qui devrait être intégrée dans la planification de l'utilisation des pâturages. » Le moteur économique de nombreux pays Les zones de pâturages sont un important moteur économique dans de nombreux pays et imprègnent les cultures. Hébergeant un quart des langues du monde, elles accueillent de nombreux sites du patrimoine mondial et ont façonné les systèmes de valeurs, coutumes et identités des communautés pastorales depuis des milliers d'années. Le rapport comprend des analyses détaillées de différents pays et régions. Par exemple, l'élevage représente 19 % du PIB de l'Éthiopie et 4 % de celui de l'Inde. Au Brésil, qui produit 16 % de la viande bovine mondiale, un tiers du PIB de l'agro-industrie est généré par l'élevage de bétail. En Europe, de nombreux pâturages ont cédé la place à l'urbanisation, au boisement et à la production d'énergie renouvelable. Aux États-Unis, de vastes étendues de prairies ont été converties en cultures, tandis que certaines prairies canadiennes ont été fragilisées par des projets d'exploitation minière et d'infrastructure à grande échelle.  Il existe également de nombreux points positifs comme, par exemple, les efforts croissants déployés dans les deux pays pour réintroduire le bison, un animal d'une grande importance culturelle pour les peuples autochtones, afin de promouvoir la bonne santé des pâturages et la sécurité alimentaire. Régions du monde les plus gravement touchées par la dégradation des pâturages, par ordre décroissant : Asie Centrale, Chine, Mongolie Le remplacement de la gestion et de la surveillance gouvernementales par la privatisation et l'industrialisation agricole a laissé les éleveurs livrés à eux-mêmes et dépendants de ressources naturelles insuffisantes, ce qui a entraîné une dégradation généralisée. Le rétablissement progressif du pastoralisme traditionnel et communautaire permet de réaliser des progrès considérables en matière de gestion durable des pâturages. Afrique du Nord et Proche-Orient L'impact des changements climatiques dans l'une des régions les plus séches du monde pousse les éleveurs dans la pauvreté et dégrade les pâturages dont ils dépendent. Des institutions traditionnelles remises à jour, telles que les Agdals, réservoirs de fourrage utilisés pour nourrir les animaux en période de besoin critique et permettant la régénération des ressources naturelles, et des politiques de soutien naissantes améliorent la manière dont les pâturages sont gérés. Sahel et Afrique de l'Ouest Les conflits, les rapports de force et les questions frontalières ont interrompu la mobilité du bétail, ce qui a entraîné la dégradation des pâturages. Des politiques unifiées, la reconnaissance des droits liés au pastoralisme et des accords transfrontaliers rétablissent la mobilité des bergers, ce qui est essentiel pour la restauration des paysages. Amérique du Sud Les changements climatiques, la déforestation liée à l'agriculture industrialisée et aux activités extractives, ainsi que la conversion de l'utilisation des terres sont les principaux facteurs de dégradation des pâturages en Amérique du Sud. La multifonctionnalité et la diversité des systèmes pastoraux sont la clé de la restauration de certains des pâturages les plus intéressants du monde, notamment la Pampa, les savanes Cerrado et Caatinga, et les systèmes andins de Puno. Afrique de l'Est Les migrations et les déplacements forcés causés par des utilisations concurrentes de terres (telles que la chasse, le tourisme, etc.) expulsent les communautés pastorales de leurs terres traditionnelles, ce qui entraîne des conséquences imprévues en termes de dégradation. Les initiatives menées par les femmes et l'amélioration des droits fonciers garantissent les moyens de subsistance des communautés pastorales, protègent la biodiversité et sauvegardent les services écosystémiques fournis par les pâturages. Amérique du Nord La dégradation des prairies anciennes et des pâturages arides menace la biodiversité des écosystèmes emblématiques de l'Amérique du Nord, tels que les prairies d'herbes hautes ou les déserts du sud. L'intégration des populations autochtones dans la gouvernance des pâturages est une étape évidente pour aider à la récupération de ces paysages historiques. L'Europe Les politiques favorisant l'agriculture industrielle au détriment du pastoralisme et des incitations malavisées entraînent l'abandon et la dégradation des pâturages et autres écosystèmes ouverts. Le soutien politique et économique, y compris la reconnaissance juridique et la différenciation, peut inverser la tendance et contribuer à résoudre des crises environnementales critiques telles que l'augmentation de la fréquence et de l'intensité des incendies de forêt et le changement climatique. Afrique du Sud et Australie Le boisement, l'exploitation minière et la conversion des pâturages à d'autres usages sont à l'origine de la dégradation et de la disparition de ces pâturages. La cocréation de connaissances par les producteurs et les chercheurs, ainsi que le respect et l'utilisation de la sagesse traditionnelle des communautés autochtones, ouvrent de nouvelles voies pour la restauration et la protection des pâturages. Changement de modèle Le rapport conclut que pour enrayer la détérioration, il faut un changement de modèle dans la gestion à tous les niveaux, du niveau de base au niveau mondial.  Pedro Maria Herrera Calvo, auteur principal du rapport, déclare : « La participation significative de toutes les parties prenantes est essentielle à une gouvernance responsable des pâturages, qui favorise l'action collective, améliore l'accès aux terres et intègre les connaissances traditionnelles et les compétences pratiques ».  Atteindre la « neutralité en matière de dégradation des terres » (objectif de développement durable 15.3), c'est-à-dire équilibrer la quantité et la qualité des terres saines pour soutenir les services écosystémiques et la sécurité alimentaire, nécessite également une coopération transfrontalière.   Les communautés pastorales, qui ont des générations d'expérience en matière d'équilibre de vie avec ces écosystèmes, devraient contribuer à informer ce processus à chaque étape, depuis la planification jusqu'à la gouvernance en passant par la prise de décision, souligne le rapport.   Les solutions doivent être adaptées aux caractéristiques et à la dynamique des pâturages, qui varient considérablement d'un environnement aride à un environnement subhumide, comme c'est le cas en Afrique de l'Ouest, en Inde ou en Amérique du Sud. Le rapport note que les méthodes d'évaluation traditionnelles sous-évaluent souvent la contribution économique réelle des pâturages et du pastoralisme, mettant en évidence la nécessité de l’approche innovante recommandée. Parmi les principales recommandations : Avoir des stratégies intégrées d'atténuation et d'adaptation aux changements climatiques avec des plans de gestion durable des pâturages afin d'accroître la séquestration et le stockage du carbone tout en renforçant la résilience des communautés pastorales Éviter ou réduire la conversion des pâturages et les autres changements d'utilisation des terres qui diminuent la diversité et la multifonctionnalité des pâturages, en particulier sur les terres autochtones et communautaires. Concevoir et adopter des mesures de conservation des pâturages, à l'intérieur et à l'extérieur des zones protégées, qui soutiennent la biodiversité en surface et en sous-sol tout en stimulant la bonne santé, la productivité et la résilience des systèmes d'élevage extensifs. Adopter et soutenir des stratégies et des pratiques basées sur le pastoralisme qui contribuent à atténuer les préjudices causés à la bonne santé des pâturages, tels que les changements climatiques, la surexploitation des pâturages, l'érosion des sols, les espèces invasives, la sécheresse et les incendies de forêt. Promouvoir des politiques de soutien, la pleine participation des populations et des systèmes de gestion et de gouvernance flexibles afin de stimuler les services que les pâturages et le pastoralisme fournissent à l'ensemble de la société. AUTRES CHIFFRES CLÉS 80 millions de km² : Superficie de la surface terrestre mondiale couverte par les pâturages (plus de 54 %). 9,5 millions de km² : Pâturages protégés dans le monde (12 %). 67 millions de km² (45 % de la surface terrestre) : Superficie des pâturages consacrée aux systèmes de production animale (84 % des pâturages), dont près de la moitié se trouve dans les zones arides.  L'élevage assure la sécurité alimentaire et génère des revenus pour la majorité des 1,2 milliard de personnes des pays en développement qui vivent sous le seuil de pauvreté. 1 milliard : animaux à travers plus de 100 pays entretenus par des communautés pastorales, soutenant 200 millions de foyers tout en fournissant environ 10 % de l'approvisionnement mondial en viande, ainsi que des produits laitiers, de la laine et du cuir.  33 % : zones sensibles de la biodiversité mondiale se trouvent dans les pâturages. 24 % : proportion de langues mondiales présentes dans les zones de pâturage. Il y a 5 000 ans : Lorsque le pastoralisme est apparu pour la première fois en tant que système d'utilisation des terres en Afrique subsaharienne. FAITS ET CHIFFRES RÉGIONAUX Plus de 25 % et plus de 10 % : Approvisionnement en viande de bœuf et de lait dans le monde, respectivement, assurée par l'industrie bovine d'Amérique latine. Plus de 25 % : PIB du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad attribué à la production de bétail. Plus de 50 % : terres des régions du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord jugées dégradées (25 % des terres arables). 60 % : superficie de l'Asie centrale et de la Mongolie utilisée comme terres de pâturage, l'élevage du bétail faisant vivre près d'un tiers de la population de la région. 40 % : superficie de la Chine couverte par des terres pastorales. (Il convient de noter que le cheptel du pays a triplé entre 1980 et 2010 pour atteindre 441 millions d'unités de bétail.) 308 millions d'hectares : superficie contiguë des États-Unis couverte par des pâturages, soit 31 % de la superficie totale du pays, avec environ 55 % des pâturages appartenant à des propriétaires privés. Commentaires supplémentaires « Le déséquilibre entre l'offre et la demande de terres fourragères pour les animaux entraîne le surpâturage, des espèces invasives et un risque accru de sécheresse et d'incendies de forêt - autant de facteurs qui accélèrent les tendances à la désertification et à la dégradation des terres à travers le monde. » « Nous devons traduire nos aspirations communes en actions concrètes, en mettant un terme à la conversion aveugle des terres de pâturage en utilisations inadaptées, en plaidant pour des politiques qui soutiennent la gestion durable des terres, en investissant dans la recherche qui améliore notre compréhension des terres de pâturage et du pastoralisme, en donnant aux communautés pastorales les moyens de préserver leurs pratiques durables tout en acquérant des outils pour prospérer dans un monde en mutation, et en soutenant toutes les parties prenantes, en particulier les populations pastorales, pour mettre en œuvre des mesures qui contrecarrent efficacement la poursuite de la dégradation et qui préservent nos terres, nos communautés et nos cultures. » Maryam Niamir-Fuller, coprésidente du groupe de soutien international pour l'Année internationale du pastoralisme et des pâturages Nations Unies - 2026 Dans l'intérêt des générations futures et de la stabilité économique, nous devons améliorer la prise de conscience et sauvegarder l'immense valeur des terres de parcours. En raison de leur nature dynamique, il est difficile de prévoir les conséquences de la dégradation des parcours sur l'économie, l'écologie et les sociétés. Les gestionnaires ont besoin d'informations fiables sur la réaction des pâturages à différentes perturbations et approches de gestion, y compris des outils  - Carlos Manuel Rodríguez, directeur général et président du Fonds pour l'environnement mondial « Plus de la moitié des terres émergées de la planète sont des zones de pâturage, et pourtant ces paysages et les personnes qui les habitent et les gèrent ont été largement négligés. Ils constituent la principale source d'alimentation humaine et animale, mais ils sont aussi le dépotoir de l'économie mondiale.  Il est temps de changer de perspective, de passer d'un « problème de pâturage “ à une ” solution de pâturage durable ». - Groupe de travail de l'ONU sur l'Année internationale du pastoralisme et des pâturages  « Les populations pastorales produisent des denrées alimentaires dans les environnements les plus difficiles du monde, et la production pastorale assure la subsistance des populations rurales sur près de la moitié des terres de la planète. Elles ont toujours souffert d'une mauvaise compréhension, d'une marginalisation et d'une exclusion du dialogue. Nous devons rassembler les populations pastorales et les principaux acteurs qui travaillent avec elles afin d'unir nos forces et de créer des synergies pour le dialogue et le développement des populations pastorales ». - Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) * * * * *  À propos de la CNULCD La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) est un accord international sur la bonne gestion des terres. Elle aide les populations, les communautés et les pays à créer des richesses, à développer leurs économies et à garantir une quantité suffisante de nourriture, d'eau propre et d'énergie en assurant aux utilisateurs des terres un environnement propice à une gestion durable des terres. Grâce à des partenariats, les 197 Parties à la Convention mettent en place des systèmes solides pour gérer la sécheresse rapidement et efficacement. Une bonne gestion des terres fondée sur des politiques et des données scientifiques fiables contribue à intégrer et à accélérer la réalisation des objectifs de développement durable, à renforcer la résilience aux changements climatiques et à prévenir la perte de biodiversité. https://unccd.int À propos de l'Année internationale du pastoralisme et des pâturages  À l'initiative de la Mongolie, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé 2026 Année internationale des pâturages et des éleveurs afin d'améliorer la gestion des pâturages et la vie des populations pastorales. Par cette déclaration, les États membres des Nations Unies sont invités à investir dans la gestion durable des pâturages, à restaurer les terres dégradées, à améliorer l'accès des populations pastorales aux marchés, à renforcer les services de sensibilisation en matière de bétail et à combler les lacunes en matière de connaissances sur les pâturages et le pastoralisme. L'AIPR 2026 coïncidera avec la COP17 de l'UNCCD qui sera accueillie par la Mongolie. https://iyrp.info

La « disparition en silence » de vastes pâturages menace le climat, l’alimentation et le bien-être (CNULD)
La question des terres au cœur de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement

Nairobi, le 1er mars 2024 - La sixième session de l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement (UNEA 6), qui s'est conclue aujourd'hui à Nairobi, a mis l’accent sur la contribution des terres saines à la résolution des problèmes mondiaux liés au changement climatique, à la perte de biodiversité, et au développement durable.  Cette réunion d'une semaine a été marquée par l'adoption de la première résolution de l'UNEA sur la dégradation des terres, ainsi que par l'annonce du logo et du slogan de la 16ème Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD COP16). Cette conférence se tiendra à Riyad, en Arabie Saoudite, du 2 au 13 décembre 2024.  S'exprimant lors de l'événement de haut niveau sur la lutte contre la dégradation des terres pour le climat et la biodiversité, la présidente de l'UNEA 6 et ministre de la Transition énergétique et du Développement durable du Royaume du Maroc, Leila Benali, a noté : « La terre est le seul dénominateur commun entre les trois conventions de Rio, et c'est seulement par la restauration des terres que nous pourrons atteindre leurs objectifs. Nous devons nous appuyer sur ce qui nous unit plutôt que sur ce qui nous divise et commencer par des solutions efficaces et crédibles concernant la santé des terres et des sols ».  En annonçant le slogan de la COP16, « Nos terres. Notre avenir », Ibrahim Thiaw, secrétaire exécutif de la CNULCD, a déclaré : « La COP16 sera un moment décisif pour les terres, comparable à l'accord de Paris pour la CNULCD. Il est crucial d'assurer une convergence et une synergie entre les trois COP – biodiversité, changements climatiques et désertification – qui ont toutes lieu cette année. »  Pour la première fois, l'UNEA a adopté une résolution appelant à renforcer les efforts internationaux pour lutter contre la désertification et la dégradation des terres, restaurer les terres dégradées, promouvoir la conservation et la gestion durable des terres, contribuer à la neutralité en matière de dégradation des terres et améliorer la résilience face à la sécheresse. Ces questions seront au cœur de la COP16 de la CNULCD.  Au nom de la présidence de la COP16, Osama Ibrahim Faqeeha, vice-ministre de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture de l'Arabie saoudite, a déclaré : "les terres ne sont pas seulement importantes pour la vie humaine, elles sont aussi essentielles pour la biodiversité et le maintien de l'équilibre délicat de notre environnement. Nous devons reconnaître l'importance des terres et des autres éléments naturels de notre planète, car 24 % des émissions de gaz à effet de serre sont associées à divers schémas d'utilisation des sols".   Dans le cadre de l'Initiative verte saoudienne, le gouvernement saoudien a pour objectif de planter 10 milliards d'arbres et de protéger 30 % des terres du royaume.  Autres citations :  Aziz Abdukhakimov, ministre de l'Écologie, de la Protection de l'Environnement et des Changements Climatiques de la République d'Ouzbékistan, qui a accueilli la réunion pour évaluer les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la CNULCD en novembre dernier, a déclaré : "Chaque minute, l'Ouzbékistan perd neuf mètres carrés de terres fertiles, ce qui constitue un problème majeur pour tout pays confronté à la dégradation des terres. Il est important de réunir la volonté politique, la science et les financements pour relever les défis du changement climatique, de la dégradation des terres et de la perte de biodiversité".   Maria Helena Semedo, directrice générale adjointe de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), a déclaré : "Les terres sont à l’origine de l'alimentation, et sans elles, nous ne pouvons ni produire de la nourriture ni nourrir la planète. Nous avons besoin d'une approche holistique, évitant la fragmentation, et d'investir dans des transformations durables de nos systèmes agroalimentaires pour assurer la sécurité alimentaire et faire face au changement climatique et à la perte de biodiversité".   Hindou Oumarou Ibrahim, présidente de l'Association des Femmes et des Peuples Autochtones du Tchad (AFPAT), a déclaré : "Les peuples autochtones, qui représentent 5 % de la population mondiale, protègent 80 % de la biodiversité de la planète. Ils sont les gardiens des écosystèmes et les maîtres de la restauration des terres grâce à leurs connaissances traditionnelles. L'accès direct aux financements, la coordination des politiques et la prise de décision inclusive sont essentiels pour l'autonomisation des communautés et la mise en œuvre réussie de projets de restauration des terres."  Patricia Kombo, Héroïne pour les terres de la CNULCD, du Kenya, qui a modéré l'événement de haut niveau à l'UNEA 6, a conclu en ces termes : "La dégradation des terres est un défi mondial qui nécessite une action concertée à tous les niveaux. Ce n'est qu'en travaillant ensemble que nous pourrons restaurer nos écosystèmes terrestres, assurer la sécurité alimentaire et atténuer les effets du changement climatique".  Pour plus d'informations :   Bureau de presse de la CNULCD, press@unccd.int, +49 228 815 2820, https://www.unccd.int/, @unccd  Enregistrement et photos :   https://www.youtube.com/watch?v=S_oSZoVZJF8  https://drive.google.com/drive/u/1/folders/1QhHqfX_pOFWBuot0ET5hGTogyrWDsq6Q  Pour plus d'informations sur l'UNEA 6 et la COP16 de l'UNCCD, visitez : https://www.unep.org/environmentassembly/unea6 et https://www.unccd.int/cop16  A propos de la CNULCD  La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) est la vision et la voix mondiales pour les terres. Nous unissons les gouvernements, les scientifiques, les décideurs, le secteur privé et les communautés autour d'une vision commune et d'une action mondiale pour restaurer et gérer les terres du monde pour la sauvegarde de l'humanité et de la planète. Bien plus qu'un traité international signé par 197 parties, la Convention sur la lutte contre la désertification est un engagement multilatéral visant à atténuer les effets actuels de la dégradation des terres et à faire évoluer la gestion des terres de demain afin de fournir de la nourriture, de l'eau, des logements et des opportunités économiques à tous les peuples de manière équitable et inclusive. 

La question des terres au cœur de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement
Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse 2024 : "Unis pour les terres : Notre patrimoine. Notre avenir"

Bonn, Allemagne, 21 février 2024 - Cette année, la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, célébrée le 17 juin, sera axée sur l'avenir de la gestion des terres. Chaque seconde, l'équivalent de quatre terrains de football de terres saines se dégradent, ce qui représente un total de 100 millions hectares par an. Il est plus important que jamais d'impliquer les générations actuelles et futures pour arrêter et inverser ces tendances alarmantes et atteindre les engagements mondiaux visant à restaurer 1 milliard d'hectares de terres dégradées d'ici à 2030. Le thème choisi pour la Journée de la désertification et de la sécheresse de cette année, "Unis pour les terres : Notre héritage. Notre avenir", vise à mobiliser toutes les composantes de la société en faveur d'une gestion durable des terres. Le 17 juin 2024 marquera également le 30ème anniversaire de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD), basée à Bonn - le seul traité international juridiquement contraignant sur la gestion des terres et la sécheresse, l'une des trois conventions de Rio avec le climat et la biodiversité. Ibrahim Thiaw, secrétaire exécutif de la CNULCD, a déclaré : "Jusqu'à 40 % des terres de la planète sont déjà dégradées, affectant presque la moitié de l'humanité. Pourtant, des solutions existent. La restauration des terres permet aux populations de sortir de la pauvreté et renforce la résistance aux changements climatiques. Il est temps de s'unir pour les terres et de brandir un carton rouge à la perte et à la dégradation des terres dans le monde". Accueillie par le gouvernement de la République fédérale d'Allemagne, la manifestation mondiale aura lieu à la Bundeskunsthalle (galerie d'art et d'exposition de la République fédérale d'Allemagne) à Bonn, le lundi 17 juin 2024. "Environ un quart de la population mondiale est touchée par la sécheresse. L'état de nos sols en Europe se détériore également rapidement. La protection des sols et des terres est un défi mondial. Nous devons agir ensemble dès aujourd'hui pour que les générations futures puissent avoir accès à des ressources naturelles vitales. Nous ne pourrons nourrir l'humanité et faire face aux crises du climat et de la biodiversité que si nous disposons de sols sains" - Jochen Flasbarth, secrétaire d'État allemand au ministère fédéral de la coopération économique et du développement. Réunissant des dirigeants du monde entier, des jeunes et des personnalités éminentes du monde universitaire, de la société civile, du sport et du divertissement, l'événement mondial de commémoration témoignera d'une forte ambition d'être unis pour les terres, avant la plus grande conférence des Nations unies sur les terres et la sécheresse qui se tiendra à Riyad, en Arabie saoudite, en décembre 2024 (COP16 de la CNULCD). Tout au long des mois de mai et juin, la CNULCD, en collaboration avec le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et avec la ville de Bonn comme partenaire, donnera le coup d'envoi d'une campagne de sensibilisation du public #UNited4Land et participera à divers événements à Bonn et dans les environs sur l'avenir de la gestion des terres. Katja Dörner, maire de Bonn, a déclaré : "En tant que siège de la CNULCD et ville sur la voie de la neutralité climatique en 2035, Bonn ne peut penser et protéger le climat, la nature et la terre que de façon coordonnée. La terre, c'est tout - et bien plus que la zone sur laquelle notre ville est construite. La terre est le sol sur lequel poussent nos cultures, un habitat pour les plantes et les animaux, une éponge pour l'eau, un espace ouvert et un couloir de refroidissement – ainsi qu’un héritage que nous transmettons aux générations futures". Les pays du monde entier se mobilisent pour marquer la Journée de la désertification et de la sécheresse par une série d'activités éducatives, culturelles et sportives, allant de projections de films à des tournois de football, la plantation d'arbres et des concours de jardinage. Un programme complet des événements sera disponible en ligne à l'adresse suivante : https://www.unccd.int/events/desertification-drought-day. À propos de la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse Officiellement déclarée par l'Assemblée générale des Nations unies en 1994 (A/RES/49/115), la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, célébrée chaque année le 17 juin, a les objectifs suivants :   Sensibiliser le public aux problèmes liés à la désertification, à la dégradation des terres et à la sécheresse Mettre en avant des solutions mises en œuvre par l'Homme pour prévenir la désertification et inverser la tendance à l'intensification de la sécheresse Renforcer la mise en œuvre de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification Participez à la célébration de cette année : Pour en savoir plus sur la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse de cette année, cliquez ici https://www.unccd.int/DDD2024 Pour accéder au matériel de la campagne #UNited4Land, cliquez ici https://trello.com/b/VdJGolcp/desertification-and-drought-day-2024 Pour en savoir plus sur les activités de la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse dans le monde, cliquez ici https://www.unccd.int/events/desertification-drought-day/2024/events-around-world Pour participer en ligne à l'événement mondial de Bonn, veuillez contacter : communications(at)unccd.int Pour plus d'informations, veuillez contacter CNULCD : Xenya Scanlon, +49 152 5454 0492, xscanlon@unccd.int ou Yannis Umlauf, +49 178 285 8629 yumlauf@unccd.int avec copie à press@unccd.int BMZ : Service de presse, Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement. Tel : +49 (0)30 18 535-2451, Email : presse@bmz.bund.de, www.bmz.de  

Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse 2024 : "Unis pour les terres : Notre patrimoine. Notre avenir"
L'Arabie saoudite accueillera la plus grande conférence de l’ONU sur les terres

Riyad, 31 janvier 2024 - Le Royaume d'Arabie saoudite et la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) ont signé un accord en vue de la 16ème session de la Conférence des Parties de la Convention (COP16) à Riyad du 2 au 13 décembre. La COP16 de Riyad sera la plus grande réunion jamais organisée par les 197 parties à la CNULCD, la première à se tenir dans la région du Moyen-Orient et la plus grande conférence multilatérale jamais accueillie par l'Arabie saoudite. L'année 2024 marque également le 30ème anniversaire de la CNULCD, l'un des trois grands traités environnementaux connus sous le nom de conventions de Rio, avec le changement climatique et la biodiversité. Lors de la cérémonie de signature qui s'est tenue aujourd'hui à Riyad, Abdulrahman Abdulmohsen AlFadley, ministre saoudien de l'Environnement, de l'eau et de l'agriculture et président de la COP16, a déclaré : « Accueillir la conférence (COP16) dans le Royaume d'Arabie saoudite témoigne de l'engagement de dirigeants éclairés en faveur de la protection de l'environnement aux niveaux national, régional et international. L'Arabie saoudite a par ailleurs lancé plusieurs projets environnementaux novateurs, tels que l'Initiative verte saoudienne et l'Initiative Moyen-Orient vert. » Le secrétaire exécutif de la CNULCD, Ibrahim Thiaw, a déclaré : « Aujourd'hui, nous perdons des terres fertiles à un rythme alarmant, ce qui met en péril la stabilité, la prospérité et la durabilité de la planète. La COP16 de Riyad doit marquer un tournant dans la manière dont nous traitons notre ressource la plus précieuse, la terre, et nous devons nous attaquer collectivement à l'urgence de la sécheresse dans le monde. » Selon les données de la CNULCD, jusqu'à 40 % des terres de la planète sont dégradées, ce qui affecte la moitié de l'humanité et a des conséquences désastreuses sur le climat, la biodiversité et les moyens de subsistance. Si les tendances actuelles se poursuivent, il faudra restaurer 1,5 milliard d'hectares de terres d'ici à 2030 pour parvenir à un monde neutre en matière de dégradation des terres.   Les sécheresses frappent plus souvent et plus durement partout dans le monde - jusqu’à 29 % de plus depuis 2000 - en raison du changement climatique, mais aussi de la façon dont nous gérons nos terres. Un quart de la population mondiale est déjà touchée par les sécheresses, et trois personnes sur quatre dans le monde devraient être confrontées à une pénurie d'eau d'ici à 2050. La COP16 de Riyad s'attachera à mobiliser les gouvernements, les entreprises et les communautés du monde entier afin d'accélérer les actions de restauration des terres et de résilience à la sécheresse en tant que pierre angulaire de la sécurité alimentaire, hydrique et énergétique.   Cet événement de deux semaines comprendra un segment de haut niveau, ainsi que des événements associés, notamment le Caucus sur le genre et le Forum des entreprises pour la terre.   Se déroulant dans la région la plus pauvre en eau et la plus gravement touchée par la désertification et la dégradation des terres, la COP16 de Riyad présentera les efforts déployés en Arabie saoudite, dans la région du Moyen-Orient et au-delà, en vue d'une transition verte fondée sur une gestion durable des terres.   Pour plus d'information, veuillez contacter   Wael A Bushah, directeur général, sensibilisation à l'environnement et renforcement des capacités, ministère de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture, Royaume d'Arabie saoudite, Wbushah@mewa.gov.sa Xenya Scanlon, chef de la communication, des relations extérieures et des partenariats, CNULCD, xscanlon@unccd.int Bureau de presse de la CNULCD, press@unccd.int, +49 228 815 2820, https://www.unccd.int/, @unccd #UNited4Land #COP16Riyadh #UNCCDCOP16 À propos de la CNULCD La Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) est la vision et la voix mondiales pour les terres. Elle réunit les gouvernements, les scientifiques, les décideurs, le secteur privé et les communautés autour d'une vision commune et d'une action mondiale visant à restaurer et à gérer les terres du monde pour la durabilité de l'humanité et de la planète. Bien plus qu'un traité international signé par 197 parties, la CNULCD est un engagement multilatéral visant à atténuer les effets actuels de la dégradation des terres et à promouvoir la gestion des terres de demain afin de fournir de la nourriture, de l'eau, un abri et des opportunités économiques à toutes les personnes d'une manière équitable et inclusive.      

L'Arabie saoudite accueillera la plus grande conférence de l’ONU sur les terres
CYNK, KenGrow and UNCCD join new climate-smart agriculture project to empower female farmers 

Together KenGrow, Flux, Hiveonline and CYNK will deliver digital infrastructure alongside new regenerative agriculture techniques to increase climate finance inclusion for Kenyan women in rural communities.    Dubai, December 2023. CYNK, a leading climate finance platform founded in Nairobi, Kenya, announces a new partnership with KenGrow and the United Nations Convention to Combat Desertification (UNCCD) to provide funding and expertise to women smallholder farmers in emerging economies. The first climate smart regenerative agriculture project, based in Kisumu, Kenya, will see CYNK teaming up with KenGrow, a foundation that builds bridges between communities within Kenya and Flux, an organisation specialised in Enhanced Rock Weathering (ERW), headquartered in Nairobi. Leveraging Hiveonline’s digital community finance platform KenGrow members will have access to financial inclusion tools that give women greater control of their finances.   CYNK's cutting-edge technology is set to empower women members of the KenGrow group in rural communities through a groundbreaking UNCCD Climate Smart Agriculture project. This partnership unlocks a triple win: increased income, climate resilience, and digital inclusion.    Women farmers will generate additional income by sequestering carbon on their farms and earning carbon credit revenue streams via CYNK's platform. This reduces their reliance on expensive synthetic fertilizers, further boosting their profits and yields. Additionally, CYNK's virtual training empowers them to adopt innovative, nature-positive farming techniques, specifically tailored to the cyclical nature and seasonality of agriculture. This builds resilience and paves the way for long-term success. The Kisumu-based project will combine Flux’s pioneering regenerative agriculture technique, with KenGrow’s networking and training opportunities. Flux reduces the overreliance on synthetic fertilizers by providing a natural soil health improver in the form of volcanic rock powders. This technique has the potential to sequester up to 5 gigatons of CO2 per year globally. It will support the socio-economic development of 2,000 Kenyan women in grassroots rural and peri-urban communities. Sudhu Arumugam, CEO at CYNK, commented: “We are proud to partner with these prestigious organisations to provide female smallholder farmers an opportunity to enhance their farming expertise and generate additional revenue streams via our carbon credit platform. It is critical to deploy scalable technology like regenerative agriculture to promote women’s financial resilience, protect soils relied upon by local communities and contribute to global climate goals.”  Louise Baker, Managing Director of the Global Mechanism at UNCCD, added: “We are excited to launch our Climate Smart Agriculture project in partnership with KenGrow and CYNK. It is clear that female smallholder farmers need to be at the forefront of climate action - this program will strengthen their capacity to apply positive agricultural and climate resilient practices. Investing in women’s access to funding and expertise is not only a question of justice but a commitment to the prosperity of our lands.”    For media inquiries contact London  Tristan Peniston-Bird, Portland Communications  +44 7772 031 886, Tristan.Peniston-Bird@Portland-Communications.com Pauline Guenot, Portland Communications +44 7379 068 832, Pauline.Guenot@Portland-Communications.com  Nairobi Joel Chacha, Portland Communications +254 722 909 251, Joel.Chacha@Portland-Communications.com About CYNK CYNK is an end-to-end platform that covers the lifecycle of a carbon or biodiversity credit. From origination, financing and secondary trading of carbon, CYNK is a one-stop platform for the origination of high-integrity credits with fully immutable audit trails of digital Monitoring Reporting and Verification (dMRV) via blockchains. https://www.CYNK.io

CYNK, KenGrow and UNCCD join new climate-smart agriculture project to empower female farmers 
L'Allemagne accueillera la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse 2024 à Bonn

Bonn/Dubaï, 9 Décembre 2023 – L'Allemagne accueillera la prochaine Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse le 17 juin 2024, qui marquera également le 30e anniversaire de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD), l'une des trois conventions de Rio avec le climat et la biodiversité. L'annonce a été faite aujourd'hui en marge de la COP28 de la CCNUCC, en cours à Dubaï (EAU), par M. Jochen Flasbarth, secrétaire d'État du ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ), M. Ibrahim Thiaw, secrétaire exécutif de la CNULCD, et Mme Katja Dörner, maire de Bonn et membre du comité exécutif mondial de l'ICLEI (Local Government for Sustainability) sur l'action climatique et le portefeuille de développement à faible taux d'émission. Les terres sont le fondement du bien-être humain et jouent un rôle clé dans la régulation du climat de la planète. Cependant, jusqu'à 40% des terres de la planète sont dégradées, ce qui affecte près de la moitié de la population mondiale. Depuis 2000, le nombre et la durée des sécheresses ont augmenté de 29%, ce qui représente un risque grave pour les écosystèmes et les moyens de subsistance des populations. La Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse de 2024 mettra l'accent sur le pouvoir de transformation des terres saines pour relever les défis actuels les plus urgents et les plus interdépendants, notamment le changement climatique, la perte de biodiversité, la sécurité alimentaire et la sécurité de l'eau - un modèle pour offrir aux générations futures une planète en bonne santé. La Journée marquera un engagement mondial renouvelé en faveur de la gestion durable des terres et de la résilience à la sécheresse dans la perspective de la 16ème Conférence des Parties à la CNULCD, prévue du 2 au 13 décembre 2024 à Riyad (Arabie saoudite). M. Ibrahim Thiaw, secrétaire exécutif de la CNULCD, a déclaré : « La Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse 2024 marquera le 30ème anniversaire de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification. En 1994, la communauté mondiale a posé un jalon en ratifiant le seul traité juridiquement contraignant promouvant une bonne gestion des terres. La restauration des terres et des sols dégradés constitue le terrain le plus fertile pour prendre des mesures immédiates et concertées en faveur de la santé de notre planète. Il est temps de réaffirmer cet engagement mondial en libérant le potentiel des terres pour les générations actuelles et futures. » La République fédérale d'Allemagne, par l'intermédiaire du ministère de la coopération économique et du développement (BMZ), accueillera la manifestation mondiale le 17 juin 2024. L'événement mobilisera d'éminentes personnalités internationales et allemandes ainsi que le grand public afin de sensibiliser à la désertification, à la dégradation des terres et à la sécheresse. M. Jochen Flasbarth, secrétaire d'État au ministère fédéral allemand du développement économique, a déclaré : « Qu'il s'agisse du changement climatique, de la perte de biodiversité, des pandémies ou des crises alimentaires, la qualité des sols joue un rôle central pour relever ces défis mondiaux. Les sols retiennent l'eau et permettent aux arbres et aux plantes de pousser. Nous ne pourrons nourrir l'humanité et faire face à la crise climatique et à ses conséquences que si nous disposons de sols sains. En 2024, lorsque la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification fêtera son 30ème anniversaire, le gouvernement allemand organisera la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, envoyant ainsi un signal fort de l’importance d’avoir des efforts internationaux soutenus contre la perte de sols fertiles. » La ville de Bonn, qui accueille le secrétariat de la CNULCD depuis 1999, organisera une série d'événements autour de la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse de 2024. La ville jouera son rôle en soulignant le rôle des gouvernements locaux dans les efforts de restauration des terres, en présentant des exemples de pratiques d'utilisation durable des terres liées aux politiques urbaines. « En tant que maire de Bonn, siège de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification, je suis ravie que l'Allemagne accueille la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse 2024. Ici, dans la ville allemande des Nations unies, lieu où les débats sur le climat, la nature et la terre se rejoignent et d'où partent les actions transversales pour la mise en œuvre de l'Agenda 2030. Je salue de tout cœur la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse à Bonn ! En collaboration avec le gouvernement fédéral allemand et sous la direction de la ministre fédérale de la coopération économique et du développement, Mme Svenja Schulze, je serai ravie d'accueillir un événement significatif engageant les dirigeants politiques, la communauté foncière, les acteurs culturels et le grand», a déclaré Katja Dörner, Maire de Bonn, via un communiqué vidéo. Officiellement déclarée par l'Assemblée générale des Nations unies en 1994 (A/RES/49/115), la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, célébrée chaque année le 17 juin, est une occasion unique de mettre en lumière les solutions mises en œuvre par l'homme pour prévenir la désertification et inverser l'intensification des sécheresses en investissant dans des pratiques durables d'utilisation des terres. 2024 marquera le 30ème anniversaire de l'adoption de la CNULCD, l'une des trois conventions de Rio. La désertification, ainsi que le changement climatique et la perte de biodiversité, ont été identifiés comme les plus grands défis au développement durable lors du Sommet de la Terre de Rio en 1992. Avec ses 197 parties, la CNULCD est le seul accord international juridiquement contraignant qui lie l'environnement et le développement à la gestion durable des terres. La convention vise à aider les pays à lutter contre la désertification, la dégradation des sols et la sécheresse. Un parcours remarquable, depuis des initiatives marquantes telles que la Grande Muraille verte d'Afrique, la plus grande structure vivante de la planète, jusqu'à l'établissement d'objectifs de Neutralité en matière de Dégradation des Terres - un engagement pris par 130 pays de mettre fin à la dégradation des terres d'ici à 2030. L'Allemagne a été un fervent défenseur de la convention tout au long de son histoire. Au cours des 30 dernières années, l'Allemagne a apporté une contribution politique et financière en tant que l'un des partenaires les plus actifs reconnaissant l'importance d'une terre et d'un sol sains - à la fois comme cause et comme solution à certains des défis les plus critiques pour l'humanité aujourd'hui. Pour plus d’information, veuillez contacter : CNULCD: Xenya Scanlon, +49 152 54540492, xscanlon@unccd.int ou Yannis Umlauf, +55 21 979820903, yumlauf@unccd.int avec en copie press@unccd.int et/ou unccd@portland-communications.com Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ) : Service de presse, +49 30 18 535 - 2158, presse@bmz.bund.de, www.bmz.de Ville de Bonn : Département de la presse, du protocole et des relations publiques, +49 228 77-3000, presseamt@bonn.de, www.bonn.de À propos de la CNULCD La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) est la vision et la voix mondiale pour la terre. Elle rassemble les gouvernements, les scientifiques, les décideurs, le secteur privé et les communautés autour d'une vision commune et d'une action mondiale visant à restaurer et à gérer les terres du monde pour la durabilité de l'humanité et de la planète. Bien plus qu'un traité international signé par 197 parties, la CNULCD est un engagement multilatéral visant à atténuer les effets actuels de la dégradation des terres et à promouvoir la gestion des terres de demain afin de fournir de la nourriture, de l'eau, un abri et des opportunités économiques à toutes les personnes de manière équitable et inclusive.

L'Allemagne accueillera la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse 2024 à Bonn